Le château de Blois

Le château de Blois constitue un magnifique décor pour quelques scènes de 1515-1519. Nous avions déjà évoqué l’autre château le long de la Loire que François Ier aimait également : le château d’Amboise.

Le château de Blois est actuellement un château composite avec une partie gothique flamboyante, une partie Renaissance et une partie de style classique (XVIIème siècle). Le premier château est construit au XIIIème siècle sur une colline où s’était dressée auparavant « une grosse tour » construite par Thibaud le Tricheur, un Comte du Xème siècle qui avait changé de vassal, trahissant le père d’Hugues Capet, le fondateur de la dynastie des Capétiens. Logiquement, l’Histoire n’a pas été tendre avec lui et les chroniqueurs des Capétiens l’ont donc surnommé le Tricheur.

Bien plus tard, le Comte de Blois Charles d’Orléans est fait prisonnier par les Anglais après la désastreuse bataille d’Azincourt en 1415. Le château sans son propriétaire est visité par Jeanne d’Arc en 1429 juste avant son départ pour lever le siège d’Orléans. Après 25 ans de captivité, Charles d’Orléans peut enfin revenir à Blois. Son fils naît au château et devient plus tard le Roi Louis XII en 1498. Il entreprend la reconstruction du château dans le style gothique flamboyant et se fait triomphalement représenté au-dessus de l’entrée.

LouisXIIBlois
Louis XII à cheval au dessus de l’entrée du château. Photo : Christophe Finot
Louis XII à cheval au dessus de l’entrée du château. Photo : Christophe Finot

On peut remarquer sous les pattes du cheval, un porc-épic, l’animal-emblème de Louis XII (offert par les fantômes de tous les Rois de France qui l’ont précédé dans l’univers de 1515-1519). La devise de Louis XII est « Qui s’y frotte, s’y pique » !

Le-Porc-Epic-

En 1515, François Ier va ajouter une nouvelle aile avec un magnifique escalier. L’architecte est italien : Domenico da Cortona. Douze ans seulement séparent les ailes Louis XII et François Ier mais le saut architectural est immense !

AileBlois

Signalons que cette aile devait être détruite lors de la reconstruction en style classique de tout le château par Gaston d’Orléans, le troisième fils d’Henri IV selon les plans de François Mansart. Heureusement, à court d’argent, Gaston d’Orléans a dû interrompre le chantier en 1638 !

Si vous voulez visiter le château, c’est par ici.

Le Castel Sant’Angelo

Il s’agit d’une forteresse qui se dresse sur les bords du Tibre à Rome. Dans l’univers de 1515-1519, du Castel part un souterrain sous le fleuve où sont stockés les morts-vivants de l’armée papale, la fraîcheur des lieux limitant leur décomposition.

Castel Sant'Angelo
Le Castel Sant’Angelo vu depuis l’autre côté du Tibre

Ce qui est devenu une forteresse à disposition du Pape était à l’origine un mausolée, celui de l’Empereur Hadrien. Il est achevé en 139 et ses cendres y sont déposées. Les cendres de ses successeurs y trouveront également place jusqu’en 217. Les temps devenant incertains pour Rome, l’édifice perd sa fonction funéraire pour acquérir sa fonction militaire. Il est intégré à la muraille aurélienne en 403. Lors d’une attaque des Goths, les défenseurs de Rome vont utiliser les statues de bronze qui ornent le Castel comme projectile !

Et pourquoi s’appelle-t-il Sant’Angelo (Saint-Ange) ? En 590, Rome est ravagée par la peste. Le Pape de l’époque, Grégoire Ier, a une vision : l’Archange Michel lui apparaît au sommet du Castel et cela correspond au début de la fin de l’épidémie !

Le Castel est situé un peu à l’écart du Palais Apostolique. C’est pourquoi le Pape Nicolas III fait bâtir en 1277 un couloir long de 800 mètres, suspendu sur des piliers, joignant le Palais et le Castel: le Passetto di Borgo.

On voit à droite le Passetto di Borgo cheminer entre le Castel et les bâtiments à côté de la Basilique Saint Pierre. Signalons que la Basilique est en construction au moment où se déroulent les romans.
800px-Passetto
Passetto di Borgo aujourd’hui. Le couloir se trouve sous les créneaux, à l’endroit où on voit les meurtrières dans le mur.

A la Renaissance, le Pape Borgia, Alexandre VI l’utilisera pour s’échapper du Palais apostolique et se réfugier dans le Castel lors de l’arrivée des troupes françaises menées par Charles VIII en 1494. C’est que la vie d’un Pape n’était guère tranquille à cette époque !

Le Castel Sant’Angelo est donc à l’origine un mausolée. Donc pas étonnant que dans 1515-1519, le Pape y ait installé ses morts-vivants. On raconte aussi que les couloirs du Castel sont hantés par le fantôme de l’Empereur Hadrien, mais chut… c’est une histoire qui sera contée une autre fois.

Si ce monument vous intéresse vous pouvez suivre cette conférence :

L’épidémie dansante à Strasbourg

Il y a exactement 500 ans, en Juillet 1518, d’étranges phénomènes se sont déroulés à Strasbourg et dans ses environs qui appartenaient alors au Saint Empire Romain Germanique.

EpidemieDansante
Gravure de Henrik Hondius illustrant une épidémie dansante où des paysans essaient de contenir des malades

Une première femme, une certaine Frau Toffea, se mit à danser dans les rues de la ville et ne put s’arrêter pendant plusieurs jours. Une semaine plus tard, 34 autres personnes présentaient le même comportement et elles furent plus de 400 au total en un mois sur toute la région. Certains moururent d’épuisement. On parla d’épidémie dansante ou de peste dansante, un terme popularisé par un jeune médecin de l’époque, Paracelse (qui sera par ailleurs un des personnages du prochain tome de la saga, 1520-1522).

Les autorités médicales de l’époque avaient des connaissances limitées et en étaient à la théorie des 4 humeurs d’Hippocrate (il existe 4 humeurs ou liquides dans le corps dont les déséquilibres causent les maladies : sang, lymphe, bile noire, bile jaune en relation avec les quatre éléments : feu, eau, air, terre). Les médecins décrétèrent qu’il s’agissait d’un excès de sang chaud et firent des saignées (sans résultats, à part affaiblir les malades, ce qui a abouti sans doute à l’épuisement par anémie et à la mort de certains). Dans certains villages, les réactions furent très pragmatiques : on construisit des petites scènes et on accompagna les danseurs avec de la musique !

Ce n’est pas la première fois que de tels phénomènes se sont produits. Les chroniques du Moyen-Âge racontent épisodiquement ce genre de faits. Notamment un groupe d’enfants a sautillé et dansé de manière incontrôlable sur un parcours de 20 km dans la région d’Erfurt (Allemagne) en 1237, ce qui rappelle étrangement l’histoire du joueur de flûte de Hamelin où des enfants suivent ce joueur hors de la ville et disparaissent.

A l’heure actuelle, les causes de ces comportements ne sont pas entièrement comprises mais l’hypothèse la plus probable implique un champignon parasite du seigle qui est l’ergot et qui peut se trouver au niveau des épis.

ergot
Epi de seigle parasité par un ergot (masse sombre en forme de langue)

Il contient un alcaloïde, l’ergotamine, très proche du LSD, une molécule hallucinogène (pour vous donner une idée réécoutez Lucy in the Sky with Diamonds (LSD) des Beatles).

ergotamine-vs-LSD
Un petit air de famille entre la « partie gauche » de l’ergotamine et le LSD

L’intoxication est aussi connue sous le nom de « mal des ardents » ou « Feu de Saint-Antoine ». Outre les hallucinations, l’ergotamine cause des convulsions et des spasmes qui peuvent donner l’impression que les malades dansent.

Evidemment, à l’époque, tout cela était inconnu. Deux des personnages de 1515-1519 vont évoquer les étranges faits à Strasbourg et vous verrez qu’ils auront une interprétation toute personnelle des événements…

Tlemcen

Une partie du récit de 1515-1519 se passe en Afrique du Nord, à Oran et à Tlemcen. Oran est une ville portuaire à 400 km à l’ouest d’Alger et Tlemcen est à 140 km au sud-ouest d’Oran.

L’Algérie connait une période mouvementée lorsque s’ouvre notre histoire. En 1492, avec la chute de Grenade, les Espagnols achèvent la Reconquista, entrainant l’expulsion de la plupart des musulmans de la péninsule ibérique qui y étaient installés depuis sept siècles. Beaucoup de réfugiés s’installent en Algérie et y importent l’architecture des villes andalouses, ce qui est particulièrement visible encore aujourd’hui à Tlemcen.

Les côtes algériennes et tunisiennes sont alors contrôlées par les frères Barberousse qui vivent de la piraterie.

Barbarossa_Hayreddin_Pasha
L’un des frères Barberousse, Khayr ad-Dîn

Face à cette menace sur le commerce et notamment sur le transport des marchandises vers Naples et la Sicile (qui appartiennent à l’Espagne), les Espagnols décident de conquérir les côtes d’Afrique du Nord et ils prennent Oran et Tlemcen en 1509. Le Cardinal Cisneros (que nous rencontrerons dans 1515-1519) participe à cette conquête et n’hésite pas à raser les mosquées et à construire des églises à la place.

Cisneros
Le Cardinal Cisneros (salle capitulaire de la cathédrale de Tolède)

Tlemcen est cependant reprise assez rapidement par les Barberousses et lorsque commence notre récit seul Oran est tenu par les Espagnols. La reprise de Tlemcen est un enjeu essentiel : c’est une ville stratégique importante car elle est entourée de terres fertiles et contrôle tout l’arrière-pays. Et bien sûr, il faut reconquérir Alger qui est le principal bastion des pirates. De plus, les frères Barberousse ont prêté allégeance au Sultan de l’Empire Ottoman, le grand ennemi à l’est de la Méditerranée qui ainsi prend pied à l’ouest.

Tlemcen est cernée de remparts assez rudimentaires et réparées de nombreuses fois à la hâte mais la ville est couronnée par la citadelle El Mechouar aux murs élevés, construite du temps où les Berbères du Royaume Zianide contrôlaient la cité. Cette forteresse rectangulaire possède aux quatre coins des tours rondes surmontées de dômes aplatis. Une mosquée se trouve à l’intérieur et, lors de la prise initiale par les Espagnols, le minaret n’a échappé au zèle de Cisneros que parce que sa hauteur en faisait une tour défensive efficace.

CitadelleTlemcen
Le minaret de la citadelle de Tlemcen

Mechouar,Tlemcen.
Intérieur du Palais Mechouar à Tlemcen

La conquête de cette ville constitue donc un défi que des héros de notre histoire vont devoir relever. D’autant plus que dans le monde de 1515-1519 les Barberousses ont acquis chez le Sultan Ottoman des pouvoirs magiques assez terrifiants…

Le château d’Amboise

Amboise est une ville sur les bords de la Loire entre Blois et Tours. C’est une étape traditionnelle de pèlerinage vers Saint Martin de Tours puis vers Saint Jacques de Compostelle. Son château surplombe la Loire sur un promontoire rocheux et c’est une résidence royale. De nombreuses scènes s’y déroulent dans 1515-1519.
Charles VIII fait reconstruire le château médiéval existant à partir de 1492. Il aménage un fossé entre le donjon et le plateau au-dessus de la Loire et y installe un terrain de jeu de paume. Ce terrain est surmonté de trois galeries superposées à arcades où la Cour peut venir voir les joueurs. La passion du jeu de paume sera fatale au Roi : Charles VIII trouve la mort au château d’Amboise par hémorragie cérébrale en se heurtant au linteau d’une porte de la galerie Hacquelebac. Il était pressé d’aller jouer à son sport favori !
Son successeur Louis XII poursuit les travaux et il y ajoute une aile de style Renaissance. C’est dans ce château que François Ier passe son enfance avec ses amis Ayne de Montmorency et Marin de Montchenu.
Amboise
Comme il est raconté dans 1515-1519, c’est aussi dans ce château que François Ier prendra l’une des décisions les plus importantes de toute son existence…

Pour visiter ce qu’il reste du château d’Amboise, suivre ce site.