La famille de Charles de Habsbourg

Charles de Habsbourg est un des personnages historiques les plus importants du XVIème siècle et il est logiquement l’un des principaux protagonistes de 1515-1519. On le rencontre brièvement dans la première partie du roman, et c’est dans la deuxième partie où on apprend à bien le connaître.

Jeune Charles Quint
Portrait de Charles de Habsbourg vers 1519 par Bernard van Orley 

Charles est né en 1500 à Gand. Son animal-emblème est un aigle à deux têtes, dont nous avons déjà parlé ici.

Grâce à ses parents, il cumule à la fois l’héritage espagnol et l’héritage bourguignon.

GenealogieCharles

Sa mère Jeanne est la fille de Ferdinand et d’Isabelle la Catholique dont le mariage en 1469 a permis de lier la Castille et l’Aragon et de fonder l’Espagne telle qu’on la connait encore aujourd’hui. L’année 1492 a été une année décisive : avec la prise de Grenade, la Reconquista est terminée et toute la péninsule redevient catholique et c’est l’année où Christophe Colomb découvre pour le compte de l’Espagne des îles (San Salvador, Cuba, Hispaniola) qui vont devenir des têtes de pont pour la conquête de l’Amérique.

IsabelleFerdinand
Ferdinand et Isabelle la Catholique dont le mariage en 1469 a permis de lier la Castille à l’Aragon. Ce sont les grands parents maternels de Charles.
JeanneLaFolle
Jeanne, alors qu’on la nommait Jeanne Iere de Castille et non pas  Jeanne la Folle (vers 1500, à l’époque de la naissance de son fils Charles)

Jeanne est mariée à Philippe Le Beau dont elle est éperdument amoureuse. Philippe est le fils de Maximilien de Habsbourg, l’Empereur du Saint Empire Romain Germanique et de Marie de Bourgogne. Il meurt assez jeune en 1506, laissant Jeanne veuve et héritière officielle du Royaume de Castille. Cependant, Jeanne est considérée comme folle et enfermée dans un couvent près de Tordesillas. Nous verrons l’état où elle se trouve quelques années plus tard dans 1515-1519.

PhilippeLeBeau
Philippe Le Beau, le père de Charles. Notez le Bélier à la Toison d’Or porté en pendentif.

Marie de Bourgogne, la mère de Philippe et donc la grand-mère paternelle de Charles, est la fille unique du duc de Bourgogne Charles le Téméraire et donc elle apporte de larges et riches territoires (Bourgogne, Brabant, Luxembourg, Artois, Flandre, Hollande…).

Par sa seule existence, Charles fait donc converger sur sa (chétive) personne l’héritage des Habsbourgs (divers domaines dans le sud-ouest de l’Allemangne et le nord de la Suisse mais aussi et surtout les Duchés d’Autriche, de Styrie et de Carinthie dont ils se sont emparés au XIIIème siècle), l’héritage espagnol (Castille, Aragon, mais aussi Naples et la Sicile) et l’héritage bourguignon (que nous venons d’énumérer). Le Royaume de France se trouve donc encerclé de domaines qui risquent d’être unifiés par une même autorité.

Charles est le fils aîné de Jeanne et de Philippe, mais il n’est pas seul. Il a une soeur aînée, Eléonore, de 2 ans plus âgé que lui (remarquez la parfaite symétrie avec Marguerite et François Ier) et aussi trois autres soeurs plus jeunes, dont seule Marie sera évoquée dans la saga. Il a un frère cadet, Ferdinand, de 3 ans plus jeune que lui, surnommé Ferdinando car il est né et a été élevé en Espagne, contrairement à Charles qui n’y a jamais mis les pieds avant le début de 1515-1519. Les relations entre les deux frères seront un des thèmes majeurs de la saga, de même que les relations entre Charles et Eléonore.

Charles, Eléonore et Ferdinand auront des destins hors du commun, que ce soit dans le monde dit « réel » ou dans le monde de 1515-1519.