Paris sous François Ier

Le temps d’un chapitre, « 1523-1526 » vous emmènera à Paris, ville que l’on n’avait pas visité depuis les premiers chapitres de « 1515-1519« . Il faut dire que François Ier n’aime guère cette ville et préfère ses châteaux sur les bords de la Loire ou Saint Germain-en-Laye au début de son règne (puis Fontainebleau un peu plus tard). Il commence cependant à s’intéresser au Louvre et fait démolir son grand donjon. Les quais du Pont au Change jusqu’au lieu-dit les Tuileries sont modernisés en pierre à partir de 1528. Les travaux sur les nouveaux bâtiments du Louvre sous la direction de Pierre Lescot ne commencent qu’à la fin du règne de François Ier.

Paris vers 1530 (Plan de Braun et Hogelberg). Pour voir les détails avec un agrandissement voir ce lien.

De 1450 à 1550, Paris est une ville en pleine croissance. Sa population passe en un siècle de 130 000 à 250 000 habitants, ce qui en fait l’une des villes les plus peuplées du monde à l’époque. L’habitat se densifie très fortement dans l’enceinte des murailles datant de Charles V et les faubourgs se développent. En visitant pour la première fois Paris, Charles de Habsbourg s’exclame : « Paris n’est pas une ville, c’est un monde ! ». Cependant, Paris est encore très petit par rapport à son développement futur et est entouré de champs et d’une trentaine de moulins à vent. Sur la Seine, seule l’île de la Cité est urbanisée. L’île Saint-Louis n’existe pas à proprement parler. A son emplacement, il y a deux îles : l’île aux Vaches et l’île Notre-Dame. Plus à l’est (plus haut sur la carte ci-dessus), il y a une troisième île inhabitée : l’île Louviers (du nom du prévôt des marchands à qui elle a appartenu). Du temps de François Ier, elle sert de terrain d’entraînement pour les arbalétriers et les arquebusiers.

La ville est constamment empuantie. Les égouts sont à ciel ouvert (sauf celui correspondant à la rue Montmartre actuel qui est le premier égout souterrain datant de 1374).

Paris n’est pas un archevêché à l’époque et dépend de l’archevêché de Sens. L’Archevêque de Sens doit cependant avoir une digne demeure quand il se rend à la capitale. L’Archevêque Tristan de Salazar se fait construire un superbe hôtel fini en 1519 que l’on peut toujours admirer sur la rive droite en face de l’île Saint Louis.

L’Hotel des Archevêque de Sens qui date de 1519

Paris possède déjà un pont en pierre (bien avant le Pont-Neuf construit sous Henri IV) : le Pont Notre-Dame. A son endroit, il y avait un pont en bois avec des habitations mais une forte crue le 25 Octobre 1499 le fit s’écrouler. Il est reconstruit en 1512 en pierre cette fois-ci mais avec toujours des habitations dessus. Il est donc tout neuf lorsque François Ier entre dans Paris après son couronnement en 1515.

Reconstitution de l’Ile de la Cité au XVIè siècle.
Notez les maisons sur les ponts, notamment le Pont aux Changes.
Le Palais de la Cité, à l’ouest de l’île, est le siège et la résidence des Rois de France depuis le Xème siècle, mais n’est plus qu’un lieu de passage depuis le règne de Charles V. Une partie du Palais est alors reconvertie en prison en 1370 (prison de la Conciergerie). La tour carrée près du Pont aux Changes est dotée de la première horloge publique de Paris en 1370.
Forteresse de la Bastille, construite en 1370 sur le plan de Truschet et Hoyau, vers 1550

La Bastille que l’on nomme Bastille Saint-Antoine fait partie avec ses 8 tours de l’ancien dispositif défensif de Charles V. Sous le règne de François Ier, elle sert de dépôt d’armes. La Bastille a servi occasionnellement de prison depuis le règne de Louis XI mais malgré les menaces qu’il peut lancer de temps à autre (voir « 1515-1519« ), François Ier n’y emprisonne personne. Ce n’est que lors des guerres de religion qu’elle devient définitivement une prison (où séjournera d’ailleurs pendant un an le fils aîné d’Ayne de Montmorency qui aura une vie très mouvementée).

A l’époque Paris n’a pas de Maire, mais c’est le Prévôt des Marchands qui a des fonctions similaires. Le siège de son pouvoir se trouve sur la Place de Grève dans une maison dite La Maison aux Piliers. Celle-ci menace ruine et François Ier promet de financer la construction d’un véritable Palais Renaissance en 1529 à son emplacement. Il confie son architecture à Domenico di Cortona ou Boccador , le même qui a conçu l’aile Renaissance du Château de Blois.

L’Hotel de Ville de Paris construit à partir de 1529 (ici en 1583). Il est à l’emplacement de l’Hôtel de Ville actuel.

Le lieu le plus sinistre de Paris sous François Ier est sans conteste le gibet de Montfaucon. Il est en dehors de la ville à l’époque mais son emplacement correspond à la Place du Colonel Fabien actuel dans le nord-est de Paris. On pouvait y pendre des condamnés sur trois étages et on les laissait pourrir sur place ! Ce bâtiment était sur une colline donc les Parisiens ne pouvaient pas manquer de voir cet édifice dissuasif !

Plan de Paris de Truschet et Hoyau, 1550. Pour effectuer des agrandissements pour voir les détails allez sur cette page.

Si vous souhaitez vous imprégner de l’atmosphère de Paris à cette époque je vous conseille de lire « Le journal d’un bourgeois de Paris » disponible gratuitement ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s